jeudi 20 mars 2008

Tristes tropiques

Il y eut les voyages collectifs et organisés. Puis les séjours à la carte, individuels et spontanés. De plus en plus lointains au gré des avancées technologiques et logistiques. De plus en plus fréquents à l’image de la place des loisirs dans nos existences. Mus par le désir d’expérience et de renouvellement permanent. « Vivre plus », comme nous y invite un voyagiste. Comme si la clé d’une vie réussie était un tour de monde sous tous les angles, pour surtout ne rien rater. Dans vitesse, il y a vie. Tout embrasser, sans attendre. Et la notion d’exotisme d’être sérieusement remise en cause : désormais, aucun lieu n’est plus inaccessible, ni n’exige une longue planification préalable. On rallie Bali presque comme La Baule. Presque plus de distance, presque non plus de distanciation.

Les medias eux-mêmes rognent l’exotisme en nous abreuvant de reportages aux images si parfaites que le réel frôle parfois le déceptif. On part pour vérifier, plus pour découvrir. Moins pour se confronter que pour se conforter. Non plus pour se perdre mais pour se retrouver. Avec Google Earth, un nouveau coup de butoir fut porté à l’Ailleurs : derrière l’écran, quarante siècles vous contemplent. Le désert chilien comme la Grande Muraille à vol… de souris.

Après Google Earth, voici venir d’autres paysages, d’autres reliefs, d’autres climats et couleurs : le site Internet Visible body offre une cartographie sous toutes les coutures… du corps humain. Et permet une exploration exhaustive et en 3D de ce dernier, de l’épiderme aux entrailles. Si on tenait là l’exotisme et le raffinement suprêmes ? D’abord via une auto-introspection, une fascination égotique et narcissique enfin menée à son terme, enfin incarnée (au propre comme au figuré). L’exotisme appliqué à soi-même. Ensuite et surtout parce que le voyage intérieur fait résonner les pérégrinations extérieures : le corps, comme le monde, ces inconnus familiers. Si proches que nous croyons les connaître. Avec Visible Body, nous sommes invités à (ré)interroger l’évidence. Une perspective à méditer pour le touriste post moderne : derrière le vernis d’expériences fugaces, sériées et multipliées, on cultive une expérience, un sentiment du monde. Mais la connaissance, de soi et de l’Ailleurs, est aussi affaire de profondeur.

3 commentaires:

Jean a dit…

Réflexion très intéressante! C'est vrai que la technologie nous simplifie la vie à un tel point que finalement, on s'embête un peu, on a plus grand chose à découvrir. On prend des leçons de bonheur par des peuples que l'on dit "primitifs".
Par contre, si la technologie s'est développé à ce point c'est qu'elle apporte beaucoup : d'abord en santé et en espérance de vie, puis maintenant en échanges et en découvertes.
Et la technologie ne remplacera jamais les rencontres que l'on peut faire lors d'un voyage.

mickeyom a dit…

N'en déplaise à votre billet d'humeur, par ailleurs fort bien écrit, nous sommes encore loin de connaître l'ensemble du corps humain. Un peu de vulgarisation sur nous-mêmes ne me semble pas être le comble de l'égotisme ou du narcissisme.

VVVince a dit…

Merci pour vos réflexions, par ailleurs tout à fait pertinentes.
@ Jean : parmi les thèmes effleurés dans ce billet, je m’étonne surtout de la volonté des personnes, notamment des plus jeunes, de vouloir visiter tous les pays du monde : cette frénésie, cette obsession de l’exhaustivité m’interroge. Cela témoigne-t-il d’une simple ouverture d’esprit et d’un appétit de découverte ? Je ne le pense pas. D'un besoin impérieux de fuite ? D'une volonté de maîtriser le monde, de donner un sens à sa vie ? Je laisse le champ des possibles ouverts...
@ Mickeyom : Visible Body constitue un prétexte à ce billet. Cela dit, « Les événements ne sont que l’écume des choses » comme disait Valéry : à mes yeux, l’ouverture de ce site au grand public n’est pas entièrement fortuite et dépasse le soucis pédagogique. Mais c’est une initiative que je salue volontiers : qui ne peut se passionner pour la fantastique machinerie du corps humain ? « l’Aventure intérieure » est un fantasme que je partage sans doute avec beaucoup de congénères !